Werther & Werther

Maison d'Europe et d'Orient

  • Date 28, 29, 30 mai, 4, 5, 6 juin à la Maison d'Europe et d'Orient

À la Maison d’Europe et d’Orient,  se jouait dernièrement la pièce Werther & Werther de la dramaturge Zanina Mircevska. La pièce fait la part belle à l’exploration du théâtre dans le théâtre et transpose des références shakespeariennes dans le monde contemporain. Un écrivain à succès (malgré lui) et des acteurs de théâtre, subissent avec folie, médiocrité et panache les dures réalités des ambitions humaines.

 

C’est l’histoire d’un succès, et des méandres ou des hasards qui y mènent. La question est ici celle de l’authenticité d’une oeuvre artistique et de l’utilisation qui en est faite par les producteurs, les acteurs et le public. Le jeune écrivain Werther produit beaucoup, comme sur le coup d’inspirations poétiques soudaines ou d’attaques aiguës de graphomanie. Son oeuvre connaît un succès dont on ne comprend pas bien les tenants et les aboutissants : le public est-il intéressé par la beauté du texte ou par le parfum de folie et de scandale qui entoure son auteur ? Un peu des deux, sans doute. Mais pour le producteur, peu importe pourvu que son théâtre soit rempli. Pour le dramaturge en revanche, la tension intérieure se fait chaque jour plus oppressante et autour de lui on s’active pour qu’il donne au théâtre le produit de son imagination. Une actrice, qui joue dans sa pièce, l’excite sexuellement et amoureusement pour le faire écrire. Manipulatrice de l’écrivain ou femme manipulée par le producteur, on ne parviendra pas non plus à connaître ses intentions profondes. Le monde décrit par Zanina Mircevska est brouillé, plein de mots et d’intentions shakespeariennes qui ne parviennent pas à  sortir du cadre de la représentation et du théâtre, et qui, pour cette raison, ne peuvent se sublimer dans le monde. Seul le compagnon de Werther, acteur au chômage (volontaire ?) sort apparemment son épingle du jeu et vit sa passion du théâtre en l’exprimant dans la réalité. Il agit en somme, comme un clochard céleste. Mais il y a du suicide dans cette attitude, et la mort de son ami le renverra à la vanité de toute parole, à la beauté nue des mots.

 

Si la metteure en scène nous fait entendre l’écriture de Zanina Mircevska, en revanche cela ne se fait pas sans quelques difficultés. Au début de la pièce, par exemple, s’instaure un jeu de théâtre dans le théâtre, avec des effets de réel.  Mais la tentative s’essouffle vite et on sent que les acteurs ne sont pas très à l’aise dans ce registre, les intentions comiques ou tragiques ne nous parviennent pas. Heureusement, l’arrivée du compagnon de Werther avec son numéro jubilatoire d’agent secret italien « discreto »  parvient à remettre la pièce sur les rails. L’acteur impose un jeu qui consiste à pousser l’expression et le masque jusqu’à l’absurde. Les intentions apparaissent alors clairement et les autres acteurs peuvent se déployer. Le producteur par exemple,  uniquement intéressé par le succès et la gloire, insuffle à la vulgarité de ses intentions un authentique romantisme, cruellement comique dans ce contexte. Le jeune Werther et l’actrice deviennent touchants d’impuissance : l’une a accepté la corruption mais garde une certaine pureté, car elle n’est pas dupe d’elle-même ; l’autre s’effondre peu à peu, jusqu’à sa disparition violente qui servira les intérêts de son ancien producteur.

 

L’énergie de cette jeune compagnie sauve un dispositif dramaturgique un peu confus, qui ne prend pas vraiment en compte l’intimité de la salle de la MEO. On sent que ce spectacle est fait pour des scènes plus grandes, qui permettraient à son découpage abstrait, comique et cruel de nous parvenir plus efficacement.

 

Par le Théâtre Arnold

Mise en scène : Clara Schwartzenberg

Scénographie : Anaïs Heureaux

Création lumière : Jérémie Gaston-Raoul

Collaboration chorégraphique : Maud Bouchat

Avec : Ania Svetovaya, Géry Clappier, Tristan Le Doze, David Fischer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *