Kurt Cobain (peu importe, tant pis)

La Loge

  • Date du 04 au 15 juin 2013

Qui est Kurt Cobain?

 

Une star disparue trop tôt, épuisée par les affres de la célébrité, l’insatisfaction face à son œuvre. Kurt Cobain c’est Nirvana et Smells like teen spirit, un tube accompagné d’un clip vidéo qui a révolutionné MTV et la diffusion de la musique à la télévision. Kurt Cobain c’est l’arrivée du style grunge, les drogues dures, un suicide.

 

My girl, my girl, don’t lie to me, tell me where did you sleep last night, voix d’ange ou rocailleuse, Kurt Cobain enflammait les foules. Partager sa musique avec le public, les classes modestes, créer sa propre touche musicale, furent ses ambitions et accomplissements.

 

Mais qui est vraiment Kurt Cobain ?

Derrière l’image médiatique de la star grunge désabusée er junkie relayée par les médias, se dessine la silhouette vacillante d’un être passionné, fragilisé par des aigreurs d’estomac et un esprit toujours insatisfait. Kurt Cobain (peu importe, tant pis) de Frédéric Jessua nous présente la personne derrière la star. Le spectacle nous propose une balade au cœur du rock –et du grunge–, des débuts du groupe à ses plus grands succès. On y retrouve les mots du chanteur, issus de son journal notamment –et de ses chansons. Le spectateur est invité à plonger dans l’esprit passionné et désemparé de la star américaine, dans les affres de ses pensées intimes. Jonglant entre inserts musicaux et témoignages de vie, Kurt Cobain (peu importe, tant pis) est un spectacle polymorphe et jouissif. On se laisse embarquer par l’énergie rock des acteurs qui, quand ils n’incarnent pas la musique des années 90, viennent partager avec nous –en face public– un instant de vie du groupe, le glissement se fait rapidement de l’image publique à l’intimité du protagoniste. Incarné par Marie Nicolle, jeune femme à l’allure frêle et à la voix grave, Kurt Cobain devient un être à part, le corps fragile et l’esprit éthéré.

 

Le théâtre de La Loge prend tour à tour des allures de salles de répétitions, salle de concert, conférence de presse, back room… –pour rendre hommage à un être que l’ascension éclair a très vite porté au statut de mythe. Kurt Cobain apparaît telle une flamme éphémère, perdue trop vite, à la fois étonnante de générosité et d’ambition, se consumant d’elle-même. Mais aucun pathos, seulement du plaisir de jouer, de traverser la discographie et le journal du chanteur. Plaisir partagé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *