Lo Speziale

Théâtre Artistic Athévains

  • Date Du 18 décembre 2012 au 13 février 2013
  • Adaptation et direction musicale, piano forte Andrée-Claude Brayer
  • Mise en scène Anne-Marie Lazarini
  • Avec Jean-François Chiama (ténor), Karine Godefroy (soprano), Laurent Herbaut (baryton), Xavier Mauconduit (ténor)
  • Musiciens Romain Sénac (violon), François Martigné (alto), Guillaume Martigné (violoncelle), Jean-Marie Poupelin (hautbois), Norbert Vergonjanne (cor), Liliane Bourdin-Hasson et Anne-Lise Saint-Amans (piano, chefs de chant)
lospeziale

Le Théâtre Artistic Athévains accueille un spectacle virevoltant, Lo Speziale un opéra bouffe de Joseph Haydn inspiré d’un livret de Carlo Goldoni : le résultat est charmant, délicat et drôlement délicieux: à déguster sans modération !

 

Un opéra-bouffe. Il y a de quoi être dérouté quand on ne connaît pas ou peu le genre. A priori, rien de spécial : une scénographie représentant une ville italienne au bord de l’eau, une belle Venise. Tout à coup entrent des personnages énigmatiques, ces grands hommes vêtus de  noir avec leurs masques blancs. Les silhouettes de marbre peuplent peu à peu la scène et se réunissent quelques instants pour attendre leur chef de file, ou plutôt leur cheftaine. Ils tombent le masque et leurs capes obscures, et se hissent sur la petite estrade à jardin. Le ton est donné. Les musiciens peuvent commencer, sous la direction passionnée de leur pianiste.

 

Après un premier air, l’espace à cour s’illumine pour laisser place à l’intrigue que la musique dépeint. Trois hommes entrent sur scène et semblent faire la cour à la fenêtre d’une seule et même jeune femme à la beauté terrassante : Grilletta est la pupille de l’un de ses messieurs, Sempronio qui veut impunément l’épouser. Il y a également Volpino, connaissance du barbon qui jette un œil aguerri sur la jeune femme. Et puis il n’y aurait pas de folle histoire sans un amoureux transi, celui qui fait cligner des yeux la jeune pupille, Mengone, « lo speziale », en français « l’apothicaire » au service de Sempronio.

 

La folle intrigue peut démarrer, et c’est au fur et à mesure des scènes que les amours et l’humour de Goldoni se font une place sur scène. La fantaisie est au rendez-vous, grâce à une mise en scène à la fois inventive et respectueuse de l’œuvre originale. La finesse se voit dans les détails, une fenêtre qui s’ouvre dans un décor de toile, un geste comique, un objet insolite ou anachronique : on se réjouit alors d’assister à une représentation d’une œuvre méconnue du compositeur tant la surprise est au rendez-vous. Quelque chose de charmant nous emporte peu à peu dans cette histoire à la croisée de certaines œuvres de Molière, de Shakespeare et de Marivaux. Le ton, le chant et le jeu tombent dans un délire créé par le texte dont on se délecte jusqu’à la fin. Grâce à l’acoustique parfaite du lieu, étonnante pour une salle de théâtre, la musique nous transporte sans interruption dans la beauté d’une composition toute en modulations et dans les charmes d’une interprétation enjouée.

 

Lo Speziale est un divertissement d’une grande beauté et d’une délicatesse qui n’aurait pour égal qu’un plat italien exquis gouté pour la première fois ou qu’une gourmandise sucrée et colorée dont on se délecterait dans les meilleures pâtisseries : Un vrai petit plaisir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *