Rémi

Théâtre Nanterre-Amandiers

  • Date Du 21 au 30 Novembre


PHOTO : MARC DOMAGE

*

Conception et mise en scène : Jonathan Capdevielle

D'après le roman "Sans famille" d’Hector Malot

Adaptation : Jonathan Capdevielle en collaboration avec Jonathan Drillet

Interprétation : Dimitri Doré, Jonathan Drillet, Michèle Gurtner, Babacar M’Baye Fall

Assistante à la mise en scène : Colyne Morange

Conception et réalisation des masques : Étienne Bideau Rey

Costumes : Colombe Lauriot Prévost

Coiffe Vitalis : Mélanie Gerbeaux

Assistante costumes : Lucie Charrier

Lumières : Yves Godin

Musique originale : Arthur Bartlett Gillette

Création son : Vanessa Court

Régie générale : Jérôme Masson

Production, diffusion, administration Fabrik Cassiopée : Manon Crochemore, Manon Joly, Isabelle Morel

*

Jonathan Capdevielle déploie tout son art poétique de la narration chansonnière pour sublimer les tableaux sonores du récit d’initiation doux-amère du jeune Rémi en tant qu’artiste.

*

"Sur ma route oui, il y en a eu du mouv oui, une aventure dans le movie, une vie de roots". C'est par cette diffusion inattendue du tube de Black M Sur ma route par le biais d'une enceinte-sac à dos à l'effigie d'une tête de mort que Jonathan Capdevielle décide de nous introduire dans l'univers doux-amère du livre de Hector Mallot, Sans famille.

La sincérité par le prisme de la chanson populaire est donc de mise dès la séquence d'introduction. La radio défile quelques tubes dans sa fonction de jukebox avant d'être l'émettrice des pensées narratives du jeune Rémi, qui vit les derniers instants de sa vie commune avec sa mère adoptive le retour du père s’annonçant comme imminent.

*

Le sans famille passe alors sous l'aile de vagabonds comme lui, un groupe d'artistes ambulants dirigés par le sage Vitalis. L'importance du son dans le fil narratif, semblant retracer les pistes de l'album d'émancipation du chanteur Rémi, va de pair avec des trouvailles visuelles à l'habile étrangeté. Leur fantaisie épurée, resserrée jusqu'à en être presque un peu angoissante, incarne le confinement de l'artiste qui doit affirmer sa différence de mode de vie par son apparence. Cette fascinante seconde peau, reflétant socialement sa sensibilité, révèle effectivement la solitude des marginaux, tel le costume "tapisserie" de cet enfant lune développant son imaginaire par l'exemple d'un autre errant érudit, Rémi.

*

L'écriture intime de Capdevielle se marie donc formidablement au caractère initiatique du roman. La force de la chanson populaire, contemporaine ou de la pure création, montre l'urgent besoin actuel de fédérer ses solitudes et de les mettre en étendard. L'utilisation décomplexée de l'autotune permet ici de déployer la préférence pour "la vie bohème" dans toute sa fougue bizarre et attachante, comme un cri du cœur sublimé par son artisanat. La folie douce de l'univers unique de Capdevielle réussit à capter les changements d'atmosphère de l'histoire épique et par moments inquiétants de Sans famille. Il permet à certaines scènes abordant des thèmes sombres et oppressants dans leur essence de décontenancer la perception de la situation pour faire virer le cauchemar au grotesque, tout en respectant la tonalité initiale de la scène. Ainsi un maitre tortionnaire d’enfants artistes se retrouve ainsi prisonnier de ses manches trop longues, l’image de la camisole accentue la folie du personnage tout en conservant la voix nasillarde et stridente de cet ogre débraillé qui apparait ici comme ridicule dans sa monstruosité domptée.

*

Les ténèbres auxquelles sont confrontées Rémi trouvent donc leur grâce profonde par l’inventivité et la sincérité innocente de son art, ici le chant sublimant les blessures du parcours du jeune garçon par la pudeur fédératrice de suites d’accords. L’univers profondément délicat et autobiographique de Jonathan Capdevielle révèle donc habilement tous les clairs obscurs du parcours du sans famille, à travers une sobriété fantaisiste correspondant parfaitement à l’âpre mélancolie de la découverte cruelle de la vie d’artiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *