Je crois que dehors c’est le printemps

Le Monfort

  • Date Du 12 au 23 Novembre 2019 

Texte et mise en scène : Gaia Saitta et Giogio Barberio Corsetti

Comédienne : Gaia SAITTA

*

*

L’adaptation théâtrale, inspirée dun fait divers italien, Je crois que c’est le printemps, est présenté au théâtre du Monfort avec un texte et une mise en scène de Gaia Saitta.

*

Le spectacle débute par l’anniversaire d’Irina. Sur scène, Irina retrouve les personnages principaux de l’histoire de sa vie. L’enquête se construit, les mots sont habités par les protagonistes du soir, une psychologue, un procureur et d’autres personnages qui sont incarnés par des spectateurs avant le spectacle. D’autres, par un jeu interactif avec le public pendant le spectacle. L’histoire se construit en direct sur le plateau et dans le public. De cette rencontre entre la comédienne et les spectateurs jaillissent sur scène et dans nos cœurs d’inattendues ouvertures vers la vie et l’amour, au détour des situations abordées par Irina pour répondre à ses questionnements sur l’énigme de sa vie et poursuivre sa vie.

*

Le costume d’Irina est une tenue de ville classique. Le personnage se fond dans la masse. Deux écrans, une caméra, un meuble avec une caméra font office de décor. Le meuble comporte plusieurs éléments qui seront utilisés au cours de la représentation comme des post-it. Il y a aussi des grands carrés qui sont posés sur la scène en diagonale au sol. L’un des carrés est vide et l’autre rempli avec de la terre et des chaussures de randonnées. Le carré vide est particulièrement utilisé au début de la représentation tandis que le carré plein est principalement utilisé à la fin de la représentation. Les jeux de lumières permettent les interactions, tantôt avec le public, tantôt avec les personnages de la pièce. La lumière est souvent très forte sur la scène. Chaque mise en lumière d’un personnage de l’histoire fait avancer l’enquête ou l’histoire racontée d’Irène. L’individu est isolé soit pour faire un focus important sur un passage précis, soit pour reproduire la situation dans un environnement réel comme une consultation ou la convocation dans un procès. Il y a une véritable recherche de dialogue avec les spectateurs.

*

Cette pièce aborde différent thèmes universels comme le doute, le fait d’accepter de ressentir des émotions, d’être heureux. De nombreux passages de la vie sont abordés, comme le statut de femme, le fait d’avoir des responsabilités et être en couple, être mère, agir même dans un contexte difficile où tout semble injuste (la police, l’administration, ses choix amoureux, etc…). On comprend alors que le titre de la pièce peut-être vu à la fois comme un point de départ, un point de référence ou bien un cap à passer. C’est avec une très grande intensité, dans le partage de ses doutes, de ses envies, de ses colères, que tout au long de la représentation, Irène est touchante. La pièce nous remet en question sur les blessures de la vie, à savoir l’abandon, l’injustice, le rejet et la trahison. Au travers de plusieurs exemples très concrets, c’est avec une grande simplicité que le spectateur se rencontre et prend conscience de la difficulté de rebondir dans des situations difficiles. C’est en voyant comment Irina s’en sort que le spectateur saisit que ça peut l’aider aussi dans sa vie.

*

Les nombreuses interactions avec les spectateurs apportent beaucoup d’émotions. De la lecture d’un passage écrit, un dialogue avec un spectateur qui se glisse dans un personnage utile à l’histoire ou le partage en vidéo du spectateur, on passe ainsi un moment privilégié avec Irina.  Certains spectateurs font partie de l’histoire, d’autres sont très proche de l’histoire et d’autres sont rapidement saisi par tout ce qui se déroule sous leurs yeux. Le spectateur est empathique avec Irène de façon crescendo pendant le spectacle.

*

C’est une performance courageuse, que d’arriver à avoir autant d’intensité et de sincérité dans les émotions. C’est un très bon spectacle qui peut réserver de belles surprises dans l’expérience vécue en tant que spectateur. La représentation est touchante, parce qu’elle est un hommage sincère à la relation comédien-spectateur. La simplicité du jeu est captivante. Cette pièce remet en question notre valeur du succès et de la réussite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *