Fantomas

  • Date

-De Gabor Rassov
-Mise en scène de Pierre Pradinas
-Du 14 avril au 27 mai 2005
-Théâtre de l’Est Parisien
{« Comme au début du siècle dernier, il va voler, il va tuer, il va détourner les merveilleuses inventions du génie humain au profit du mal ! Mais Dieu merci comme au début du siècle dernier, la police en la personne de l’inspecteur Juve, son double, aussi bon que Fantômas est mauvais, va tout faire pour mettre un terme à ses forfaits !

Et malheureusement comme au début du siècle dernier la fille du monstre, la belle Hélène, sera aux prises avec le plus cornélien des dilemmes : dénoncer son père pour servir le bien ou s’abstenir de le faire quitte à ce que le mal triomphe sur terre ! Tout ça se passera en musique !
Car la musique adoucit les mœurs. Et des mœurs aussi terribles que celles-là, si on ne les adoucit pas, on meurt ! »}

{{Gabor Rassov}}

—-

{{Poésie de l’imaginaire}}

Les surréalistes adoraient Fantômas et tous se jetaient sur « Le petit parisien » quand il publiait de nouveaux épisodes de la vedette du mal. Ils l’adoraient car ses aventures mêlaient trivialité et poésie. Trivialité de l’acte criminel, de la fascination qu’il exerce sur nous, du désir de voir de plus près ce qui nous est interdit…

Poésie de l’invraisemblable, poésie de l’imaginaire qui s’invente plus créatif que la réalité, et qui sans cesse est rattrapé par elle, mille fois dépassé… La pièce de Gabor Rassov parle avec humour de nos peurs. On trouve dans ce texte d’aujourd’hui l’esprit du roman populaire, des visions surréalistes, et l’ambiance d’un récit fantastique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *