Tout Dostoïevski

Théâtre de la Cité Internationale

  • Date 2 au 19 avril 2019
  • Conception Benoît Lambert et Emmanuel Vérité
  • Costumes Marie La Rocca
Capture d’écran 2019-05-26 à 09.19.08

Si le nom de Charles Courtois-Pasteur ne vous disait rien avant de voir le spectacle « Tout Dostoïevski », vous ne risquerez pas de l’oublier quand vous quitterez le théâtre de Cité Internationale. Car quand vous lui confiez un défi de taille, il s’en occupe à sa façon et vous prend à partie de sa réflexion.
Benoît Lambert et Emmanuel Vérité ont créé un personne/personnage complètement loufoque : Charles Courtois-Pasteur, dit Charlie pour les intimes. Un petit gars, claudiquant, au costume trop grand pour lui, avec une chemise hawaïenne, une épaisse moustache et une mèche de cheveux un peu rebelle. Son micro, il le porte autour du cou et il se balade sur scène avec un très long fil derrière lui. En accessoire pour lui tenir compagnie, juste une table avec quelques petites choses dessus. Là, se pose la question : comment va-t-il nous parler de l’œuvre complète du monstre de la littérature russe, Fiodor Dostoïevski ? Un léger décalage se présente entre le sujet et Charlie. Mais personne ne nous a dit que nous allions écouter une conférence avec un power point en fond d’écran. Et puis voilà, c’est le déclic, nous allons assister à une grande performance d’un grand maître de l’art du décalage et de l’autodérision, même s’il évoque son admiration et la peur que lui évoque l’écriture de l’auteur.
Il en a sous la cafetière ce Charlie, interprété par Emmanuel Vérité. Avec sa voix railleuse, il nous emporte vers son monde et nous captive. Une fois qu’il nous a harponné à son univers loufoque, on reste les yeux grands ouverts, les oreilles attentives avec les zygomatiques en marche. Avec simplicité et humour, son érudition s’exprime. Pas besoin d’avoir vraiment lu « Crimes et Châtiments » pour saisir l’idée principale de ce roman. Qui aurait pu croire que Dostoïevski avait inspiré Richard Levinson et William Link, les scénaristes de Colombo ? Le meurtre et le meurtrier sont indiqués dès le début, maintenant il faut découvrir comment la police va trouver le coupable, quelle stratagème va être mis en place pour piéger le meurtrier. Une belle occasion de faire une nouvelle parenthèse. Et si nous parlions un peu de la carrière de Peter Falk ? Et aussi des comédiens de l’époque qui ont joué les méchants dans sa série phare ? tout comme de musique ? Le public est alors en droit de participer. D’ailleurs, un spectateur se fera un plaisir de pousser la chansonnette au micro.

Charles Courtois-Pasteur évoque les « Frères Karamazof » avec des figures en bouchons de liège qui suffisent à nous présenter les personnages et leur destin funeste. Une petite précision : les personnages principaux ont plusieurs noms. Nous sommes prévenus. Une nouvelle occasion de découvrir la culture russe se présente avec la présence d’une amie de Charlie dans la salle qui lui offre un sac avec des gourmandises : des graines de tournesol et du poisson séché qui viennent du pays de Fiodor et qui vont circuler dans la salle. On fait partie d’une famille, alors on partage. Mais avant il faut trinquer quand-même pour ne pas faire déshonneur à la tradition. Vodka pour tout le monde ! Vous trouvez cela improbable ? Vous avez raison et c’est cela qui fait de ce spectacle une pépite incroyable. Car pour mêler savoir, humour et dérision tout en captivant le public, il faut posséder un sacré savoir-faire. Indéniablement Emmanuel Vérité possède le don d’écrire, de jouer et de s’adapter au public en toute situation. En plus, il se laisse porter par les événements. Le spectacle qui devait durer 1h00 gagne 30 minutes de rab supplémentaires au plus grand bonheur des spectateurs. Quand il doit rendre la scène, c’est sous un tonnerre d’applaudissements et des sourires sincères qu’il part. Peut-on avoir un meilleur remerciement pour un artiste que d’avoir conquis une salle comble ?

Ne ratez pas une rencontre avec Charlie, car promis, vous allez vous souvenir d’avoir appris tout en riant de bon cœur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *