Pupilla

Théâtre de la Cité Internationale

  • Date du 11 au 31 janvier 2019
  • Mise en scène Maëlle Dequiedt
  • Texte Frédéric Vossier
  • Comédienne Laure Werckmann
170553-pupilla_hd03_m-delahaye

Il existe des femmes qui sont faites pour briller au cinéma. Elizabeth Taylor fait partie de ces personnes blessées par la vie, qui se dévouent à leur métier et qui défendent des causes qui leur tiennent à coeur. Hollywood n’aurait pas pu être Hollywood sans cette étoile qui s’est éteinte.

 

Au premier abord, on pourrait être assez réfractaire pour aller voir une pièce sur Elisabeth Taylor. Pour beaucoup ce nom évoque seulement une actrice américaine d’un autre temps. Mais cela serait dommage de passer à côté d’une rencontre et d’un hommage aussi improbables que mémorables. Frédéric Vossier et Maëlle Dequiedt ont allié leur talent pour nous emporter au cœur d’une tornade, au plus près des tumultes de la vie d’une actrice au caractère bien trempé, qui explosa des carcans des préjugés misogynes, dénonça les homophobes, et soutint la lutte contre le sida. Le sexe est un pouvoir dont elle abuse plus que de raison : on ne compte plus le nombre de maris et de divorces. Heureusement qu’elle peut compter sur l’affection indéfectible des milliers de peluches qui sont dans sa maison. L’icône du cinéma américain des années 50 et 60 qui a marqué Hollywood avec des films comme Une place au soleilLa Chatte sur un toit brûlant ou Cléopâtre dévore la liberté sans aucune limite.

 

En continuité de la salle, des chaises font face à un mur de fils qui fait office d’écran. Une jeune femme arrive micro en main dans une tenue des années 70. Elle débute sa conférence avec quelques questions ouvertes au public. Puis, petit à petit, elle va pousser les chaises pour se déplacer entre elles. Et la représentation va monter progressivement vers la violence, la passion, la démesure… Laure Werckmann balance les chaises contre les murs, retire sa perruque à la Liz Taylor, son costume et devient Elizabeth Taylor. Elle prend possession de son corps, de sa désinvolture… et la folie s’empare de son être. Les extraits vidéo de scène de films, la musique électronique, les variations de lumière nous embarquent dans un univers à la fois grotesque et sublime. Le spectateur reste captif devant cette improbable et incroyable prestation de Laure Werckmann. Pendant 1h30, elle passe de la gentille demoiselle coincée à une femme pleine de torpeur que rien n’arrête. Et à la fin, le château de carte s’écroule.

 

Frédéric Vossier a écrit un récit de vie tortueux, rempli de paradoxes permettant à Maëlle Dequiedt une mise en scène pleine de liberté et de surprises. Une création singulière portée par la talentueuse et étonnante Laure Werckmann qui insuffle vie et désespoir dans la Pupilla du spectateur

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *