Jusqu’ici tout va bien

Théâtre de Vanves

  • Date 6 et 7 décembre 2018
  • De et mis en scène Collectif Le Grand Cerf Bleu Laureline Le Bris-Cep, Gabriel Tur et Jean-Baptiste Tur
  • Création Lumière, Régie générale Xavier Duthu
  • Création Sonore Fabien Croguennec
  • Scénographie Jean-Baptiste Née
  • Comédiens Serge Avédikian, Coco Felgeirolles, Adrien Guiraud, Laureline Le Bris‐Cep, Martine, Pascal, Juliette Prier, Gabriel Tur et Jean-Baptiste Tur
c,5,38,1380,814-cr,1380,720-q,85-33acd1

Aujourd’hui, c’est le réveillon de Noël : toute la famille se retrouve pour ce moment de partage et de joie et chacun veut se montrer à son avantage. Mais derrière cette jolie façade se cachent des fêlures et quand on cherche la vérité, une autre histoire s’écrit.

 
 

Bienvenue dans la maison familiale ! Le spectateur arrive vers la salle et est accueilli par les techniciens habillés de magnifiques pulls de Noël. Puis les comédiens en plateau se dirigent vers lui et lui proposent du thé à la cannelle, ainsi que des papillotes en chocolat. L’ambiance est chaleureuse, grâce à un grand sapin lumineux et des cadeaux à son pied, du bois lambrissé et quelques décorations de circonstance. Le canapé est mis en face du public, nous aussi nous venons assister au repas de famille. D’ailleurs le plateau de petits fours et les verres de champagne ne sont-ils pas partagés ? Nous faisons connaissance avec les membres de la famille. Ils attendent tous l’arrivée de celui qui habitent aux des États-Unis et qu’ils n’ont pas vu depuis 2 ans. Et quand il arrive, la surprise est de taille car il vient accompagné et bien entendu, il n’avait prévenu personne. Mais dans la famille quand il y en a pour 9, il y en a pour 10. Une occasion d’essayer de mieux se connaître et de passer du temps ensemble. En apparence, tout le monde va bien et est heureux. Pour les fêtes, chacun veut montrer le meilleur de soi.

 
 

La mise en scène ingénieuse va montrer la face cachée de ces sourires de façade. Pour cela, on retourne le mur de séparation entre le salon/salle à manger et la cuisine puis on refait le même spectacle mais vu de la cuisine. Le titre du spectacle devient important à souligner « Jusqu’ici tout va bien » jusqu’à ce que l’on voit l’arrière plan. Car dans cet espace de narration qu’est la cuisine se joue le drame humain : la plus jeune voudrait plus de considération pour ces idées, le fils prodigue des Etats-Unis fait face à ces mensonges. Avec sa petite amie, ils s’interrogent sur ce qui les lie. La grand-mère doit faire face à sa souffrance et à sa solitude suite à la mort de son véritable amour. Il suffit de l’arrivée d’un inconnu sur le plateau pour changer le fragile équilibre et basculer dans les troubles pensées de chacun. Les masques sociaux se fissurent et montrent avec force les sentiments qui les tourmentent. Pour sa deuxième création, le collectif du Grand Cerf Bleu met les pieds dans le plat et montre l’absurdité des conventions sociales qui créent du faux et des fossés relationnels. Les comédiens multigénérationnels (Martine Pascal, Coco Felgeirolles, Serge Avédikian, Laureline Le Bris-Cep, Gabriel Tur, Jean-Baptiste Tur, Juliette Prier et Adrien Guiraud) apportent chacun une touche d’humanité à ces vérités intimes. Et malgré le drame qui se joue devant nos yeux surpris, jamais la touche d’humour n’est laissée de côté. Ainsi, on sourit à leur note d’espoir tout en les accompagnant dans leurs tourments.

 
 

On se laisse emporter par la justesse des mots de cette comédie dramatique et par la sincérité émouvante des comédiens. Un moment de théâtre singulier et brillant d’inventivité et de folie.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *