1336 (paroles de Fralib)

Théâtre de Belleville

  • Date du 7 mars au 31 mai
  • Une aventure sociale racontée par Philippe Durand
  • Texte publié aux Éditions D’ores et déjà
180328 1336-Stephane-Burlot-3

Philippe Durand nous donne à entendre les paroles de ces ouvriers magnifiques de courage et de persévérance qui se sont battus pour conserver leur usine et leur savoir-faire au travers d’une aventure sociale exemplaire.

 

 

Le dispositif va à l’essentiel : une table sur laquelle sont disposés des boîtes de thé estampillées « 1336 » mises en valeur par un halo de lumière. Ces produits sont le fruit de la lutte entre les ouvriers de l’usine Fralib qui fabriquaient les thés Lipton et Eléphant et face à eux le groupe Unilever qui transféra la production en Pologne et en Belgique. Philippe Durand accueille le public à l’entrée de la salle, en distribuant une feuille de salle qui détaille les dates de ce conflit social qui opposa de 2010 à 2014 ces artisans du thé à un grand groupe international. 1336, le nom de la nouvelle marque, c’est aussi la durée de ce bras de fer. A l’issue de ce conflit, ils fondent leur coopérative ouvrière SCOP TI et mettent en vente leur gamme de thés et infusions naturels.

Le comédien ne s’embarrasse pas de donner tous les renseignements chronologiques de ce conflit social emblématique, ce qui l’intéresse avant tout ici, ce sont les paroles des ouvriers Fralib, racontant leur lutte avec leur phrasé marseillais si typique et savoureux à entendre. L’auteur de cette pièce documentaire s’est rendu en 2015 à l’usine de Géménos, près d’Aubagne, pour recueillir les paroles de ces femmes et hommes, dans le but de nous faire entendre leur version des faits. Il entreprend une véritable enquête où il gagne la confiance des ouvriers qui lui accordent des entretiens alors qu’ils sont sur le point de lancer leur coopérative, après des années de lutte, de plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) et de procès gagnés malgré les moyens illimités d’Unilever.

Au-delà du conflit social, c’est le savoir-faire si particulier et pittoresque de ces travailleurs qui donne toute sa richesse à ce spectacle. Attachés à la fabrication artisanale et naturelle des thés et infusion, ils vont à l’encontre de la logique productiviste et marchande qui pousse à acheter une matière première en Amérique latine, la transformer en Pologne pour en finir la fabrication à Géménos. Le spectateur se perd dans les descriptions pittoresques et fleuries de ces artisans du thé au parler provençal qui parlent d’extraction physique ou biotechnologique, mais il n’en est que plus attentif et curieux de ce savoir-faire et de ces valeurs de production naturelle, respectueuse de la nature et du consommateur.

A la fin de la représentation, Philippe Durant referme le texte, sur lequel il s’appuie durant le spectacle, lien fidèle à ces ouvriers exemplaires et ouvre le débat. Il répond aux questions et précise qu’il n’est pas rare que les membres de SCOP TI assistent aux représentations quand ils le peuvent et échangent avec les spectateurs. Philippe Durand se propose même de vendre des boîtes 1336, pour le plus grand plaisir des spectateurs !

 

Les thés et infusions 1336 sont distribués dans les réseaux de la grande distribution et par le biais des associations, dont celle qu’ils ont créé : FraLibertThé. Si vous voulez découvrir la marque 1336, leur démarche et acheter leurs produits, voici leur site : http://www.1336.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *