Le Siffleur

Autres théâtres

  • Date A partir du 31 janvier 2018
  • Interprète Fred Radix
  • Théâtre Le Grand Point Virgule
vz-6cb77382-a59b-423d-905a-fe490910336d

Fred Radix est un artiste qui ne manque pas d’air. Et il vaut mieux pour lui car c’est un siffleur professionnel. D’une bonne dose d’inspiration, il fait découvrir aussi bien un air de Mozart, qu’une chanson de cinéma ou le chant d’un oiseau.

Le Siffleur arrive en queue de pie et nœud de papillon sur scène. Il monte sur sa petite estrade. Le silence dans la salle doucement s’installe et l’attention se porte sur l’artiste. Avec assurance, il commence à parler de son art. Très vite, il va pousser la chansonnette, son livret de sifflage à la main. Pour étonner l’assemblée, il reprend des classiques avec des classiques tels que Mozart et Schubert et montre son talent. Puis doucement, le musicien va laisser la musique classique de côté pour laisser place à un petit peu plus de culture populaire en sifflant des musiques de films ou de dessins animés.

Fred Radix aurait pu choisir de garder pour lui la scène pendant une heure et montrer tranquillement son savoir-faire. Mais il a choisi de faire interagir le public. Il siffle et c’est à ce dernier de trouver le titre. Une prise de risque car parfois, les gens peuvent avoir tendance à se laisser aller. Certains crient de vraies et de fausses réponses. Règne un léger brouhaha. Beaucoup échangent avec leur voisin. Le maître de cérémonie rétablit assez vite le calme pour poursuivre la séance. Il en faudrait plus pour déstabiliser cet artiste qui a l’habitude de gérer les dérapages et de jouer avec.

Pour finir sur une note poétique et musicale, le siffleur montre que ses compétences sont beaucoup plus riches que l’on pourrait le croire. Ainsi danses, chants et claquettes occupent l’ensemble de la scène dans une ambiance magique. Quelques notes de « Chantons sous la pluie » et notre imaginaire se charge d’images. La salle comble applaudit et les sourires rayonnent. Il ne pouvait pas partir sans un rappel quand même. C’est alors qu’il apparaît souriant en nous proposant un dernier exercice de style. Un éventail de ses talents de siffleur se dévoile à un rythme rapide montrant la précision et la qualité de son travail. Maintenant, il peut sortir heureux de scène tout comme le public qui n’arrête pas de dire qu’il a a-do-ré.

Avant quand on vous évoquait le fait de siffler, vous pensiez Micheline Dax ou Alessandro Alessandroni (siffleur des westerns de Sergio Leone). Maintenant, vous penserez aussi à Fred Radix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *