Emma mort, même pas peur

Autres théâtres

  • Date du 18 février au 5 mars 2018
  • Théâtre Bobino
  • Ecriture et jeu Emma la clown/Meriem Menant
  • Mise en scène Kristin Hestad
  • Composition musicale Mauro Coceano
  • Décor et inventions Didier Jaconelli
o_photo_e_20171129170404

Avez-vous peur de mourir même si vous savez que c’est une fatalité ? Emma la Clown le sait aussi mais elle a décidé de prendre les devants en affrontant la grande faucheuse. Elle va nous aider à « cette idée inempêchable ».

Tout commence ce jour-là. A la lueur d’une bougie, Emma écrit son testament. Il faut savoir s’organiser avant de partir. La première chose est de faire le bilan de ses biens et de savoir à qui on va les donner. Elle poursuit avec les demandes de pardon, histoire de partir avec la conscience tranquille. Puis doucement, elle prépare son corps et enchaîne sur la dernière étape. « Est-ce que tu as compris que tu vas disparaître ? Il ne va rien rester de toi… » Ensuite, le cercueil arrive sur scène tel un bateau qui va l’emmener dans son dernier voyage.

Le spectacle prend un nouveau tournant. L’idée de la mort se transforme soudain en une forme physique. Elle demande « Qui y va ? ». Les rires raisonnent dans la salle. Même si elle avait tout préparé quelque chose la retient et tous les prétextes sont bons pour rester sur scène. S’enchaînent ensuite une série de situations plus étonnantes les unes que les autres. Mais toujours s’y mêlent tendresse et poésie, traits caractéristiques d’Emma la Clown. Jamais elle ne franchit la ligne du morbide ou du macabre. Elle détourne même les symboles de la mort pour mieux s’en moquer. Comment ne pas rire en écoutant à sa chanson qu’elle interprète accompagnée de tambours en forme de crânes humains qui bougent? Ou comment ne pas sourire avec innocence lorsqu’elle arrive avec sa tenue improbable de chaman ? On ne peut pas.

La mort a inspiré bon nombre d’artistes comme le fameux Pierre Desproges, grand cynique devant l’éternel. Dans un réquisitoire dans les Flagrants délires, il disait : « Au reste, est-ce qu’elle se gêne, elle, la mort, pour se rire de nous ? (…) Tous nous sommes fauchés un jour par le croche-pied rigolard de la mort imbécile, et les droits de l’homme s’effacent devant les droits de l’asticot». Meriem Menant choisit un angle plus délicat pour parler d’un sujet au combien sensible avec juste ce qu’il faut de psychologie et de folie. Les spectateurs restent attentifs et s’émerveillent par la performance de la clown qui n’est pas si innocente sous son fard blanc et son nez rouge. A la fin du spectacle, les applaudissements se font hésitants. Beaucoup voudrait qu’elle revienne et qu’elle fasse un pied de nez à la mort. Mais non, c’est sous la neige et Bach dans les oreilles que le noir se fait sur scène. Les acclamations se font alors sincères et chaleureuses. Il ne pouvait en être autrement.

Drôle, tendre et intelligent, Emma la clown sait jongler avec subtilité avec les sentiments. L’Amour, la Mort… elle ne s’interdit aucun sujet. Et philosophe, elle nous rappelle : « L’important est de savoir si on est vivant avant la mort, pas après. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *