Une Commune de Guillaume Cayet

Editions Théâtrales

  • Date de publication : 2016
une commune

« Chers mineurs, chères mineuses… » comment renverser l’effondrement lorsque le monde s’écroule autour de vous, lorsque dans votre ville il n’y a plus rien, que la terre usée par l’homme, lorsque les jeunes sont partis avec le travail, et qu’il ne reste plus que la toux et les gueules noires, assombries par le charbon et le désespoir ?

 

Voilà la réflexion que propose Guillaume Cayet dans sa pièce Une commune. Ce jeune auteur, né dans un petit village lorrain, nous donne à voir la triste réalité d’un territoire déserté après la fermeture de la mine de M. Vivien. Désormais, il ne reste plus qu’Ingrid, l’ancienne cantinière et son mari « avant-hier exploitant, hier paysan, aujourd’hui ouvrier et demain ouvrier d’ouvrier », Sandrine et Ernest, ou encore Lucas et Nicolas, les deux derniers adolescents du village. Maintenant pourtant, M. Vivien est revenu, mais pour faire une mine sans hommes, par fracturation hydraulique.

 

Alors comment renverser l’effondrement quand il ne reste que des « rêves de cendres » ? Il faudrait peut-être des super-héros, comme l’imagine Lucas qui a commandé un costume de Superman, appeler des fantômes, ou bien simplement s’unir et agir pour ses droits. Les instances politiques, elles, n’y peuvent plus rien. Le conseil municipal n’est qu’une instance babillarde, qui parle pour ne rien faire (« Attention, hein, on a dit pas de politique ») et vote dans le vent.

 

Avec cette pièce, Guillaume Cayet interroge donc le monde actuel et sa politique : que faire contre les mensonges ou la corruption ? Que faire contre l’argent qui impose sa loi à la nature ? Que faire contre ceux qui ont le pouvoir mais qui l’utilisent mal ?

 

Mais surtout, le dramaturge interroge aussi le langage. Ici, les menteurs sont les beaux-parleurs, le pouvoir appartient aux rhétoriciens et les autres n’ont pas le droit à la parole. « Que faut-il faire, faut-il taire, quand le taire engloutit et que le dire condamne, faut-il dire, quand le dire anéantit et que le faire ravage ? »

 

Une commune était nominée au grand prix de littérature dramatique Artcena. La pièce sera mise en scène au théâtre de Vanves du 10 au 15 novembre 2017 par Jules Audry.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *