DJ set (sur) écoute

Nouveau Théâtre de Montreuil

  • Date Du 28 novembre 2016 au 10 mars 2017
  • conception et mise en scène Mathieu Bauer
  • composition musicale Sylvain Cartigny et Mathieu Bauer
  • dramaturgie Thomas Pondevie
© DR

« Chers auditeurs, chères auditrices, bienvenus à ce DJ set (sur) écoute qui tentera de s’emparer de nos oreilles ! »

 

Cette voix off, les aficionados de France Culture l’auront tout de suite reconnue comme celle de l’animateur de La Dispute : Arnaud Laporte qui prend les commandes fictives de l’émission radiophonico-théâtrale de ce soir. Au plateau, deux musiciens dont le metteur en scène Mathieu Bauer lui-même, une chanteuse lyrique, la frêle mais non moins impressionnante Pauline Sikirdji, et deux comédiens aux tempéraments diamétralement opposés, l’impétueux Matthias Girbig et l’intransigeante Kate Strong. Sous la forme d’un DJ set, ils mixent performance musicale et interprétation d’extraits littéraires et philosophiques. Cette pièce, véritable ovni de la scène contemporaine, s’apparente davantage à une conférence musicale ou à un « concert-colloque » sur l’histoire de la musique et des sons qu’à une œuvre dramatique. En bousculant notre rapport à l’institution théâtrale, Mathieu Bauer nous amène encore une fois à désaxer notre regard. Plus que les yeux, ce sont les tympans qui prennent ici la pleine mesure de la réflexion. Qu’est-ce qu’écouter veut dire ? Est-ce que tu entends ce que j’entends ?

© DR

Transformé en studio d’enregistrement, le proscenium devient le lieu de toutes les expérimentations, surtout les plus farfelues. Qu’est-ce qui fait la musicalité d’un son ? Un bruit peut-il être harmonieux ? Pourquoi une chanson devient-elle un tube ? Comment partage-t-on son écoute lorsqu’on n’est pas musicien ? Parti de ces questionnements, Mathieu Bauer s’est inspiré de la figure du DJ, qui n’excelle non pas dans le savoir-jouer comme le musicien, mais dans le savoir-écouter et le savoir-retranscrire. Maître du jeu, Matthias Girbig, concurrencé parfois par Kate Strong, endosse ce rôle et joue des platines pour donner à entendre. Mais à partir de quand écoute-t-on ? Durant deux heures, le spectateur-auditeur assiste à une playlist de penseurs de la musique, Luigi Russolo, Robert Murray Schaeffer, Vladimir Jankélévitch, Theodor W.Adorno, Peter Szendy et tant d’autres. Si le propos se veut accessible, – et il l’est -, la durée de la proposition finit par faire fléchir les esprits même les plus volontaires. La concentration exigée de la part du public, qui reçoit à pleine puissance des discours tous plus aboutis les uns que les autres, ne peut supporter sans faillir un tel condensé de principes théoriques révolutionnaires. Entrecoupées de temps musicaux légers ou mélancoliques bienvenus, les saynètes peinent à se hiérarchiser, à ordonner les informations pour nous les retranscrire. Peut-être est-ce de ce désavantage que cette pièce tire sa force ? A l’image de notre oreille qui ordonne les sons quotidiens d’un monde urbain de plus en plus bruyant, qu’est-ce que notre cerveau a retenu de ce DJ set ? Qu’a-t-il imprimé à partir de ce que nos tympans ont reçu ? A vous d’en faire l’expérience grâce à cette création, séance psychologico-artistique pour vos oreilles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *