Léonie et Noélie

L'école des loisirs Théâtre

  • Date de publication : 2015

L’école des loisirs Théâtre

Date de publication : 2015

Auteur: Nathalie Papin

 

9782211224314-1

 

 

Dans sa nouvelle pièce pour la jeunesse, Grand Prix 2016 de littérature dramatique jeunesse de Artcena, Nathalie Papin choisit de parler de la gémellité et à travers ce thème, de l’altérité. Comment se sent-on lorsqu’on est deux et une à la fois ? « Moitié-grande, moitié-petite » comme le disent joliment les deux sœurs ? Et surtout, que se passe-t-il lorsque cette relation unique se trouve bouleversée par l’amour ? Huit années de maturation ont permis à l’auteure de nous transmettre un texte fort, sensible, tenant le verbe haut.

 

Léonie : Ouah, tu es pile dans l’axe de la lune.

Noélie : Toi aussi.

Léonie : Nous sommes dans le même axe , toi, la lune et moi.

Noélie : Nous sommes trois astres.

Léonie : Trois astres alignés.

Noélie : Y a un mot pour ça ?

 

Léonie et Noélie ; Noélie et Léonie. Comme deux faces d’une même médaille. Jumelles, petites dernières d’une famille de sept enfants, orphelines à 11 ans, pyromanes à 16, elles se baladent sur les toitures d’une ville aux faux airs de Paris. Regardant de haut les flammes qui engloutissent leur foyer d’accueil, elles vivent un moment décisif de leur vie. Léonie finit d’apprendre les derniers mots de son dictionnaire. Léonie attend Mathias. A l’aube de leur première séparation, elles jouent à chat avec leurs souvenirs et leurs émotions, suspendues à un fil.

 

Léonie et Noélie, voilà un beau titre-anagramme qui nous plonge d’emblée dans l’univers du merveilleux. Ce merveilleux contemporain cher à Nathalie Papin. Par les prénoms, on entrevoit la gémellité ; et dans la douceur des consonnes choisies, le lien tendre et mystérieux qui les unit de manière exclusive. Mais pas seulement. Les deux jeunes filles sont au bord de dire adieu à leur enfance pour entrer dans un autre âge. A travers leur histoire singulière, elles incarnent tous ceux qui atteignent ce passage sensible.

Ancré dans un contexte réaliste faisant référence à notre quotidien  -école et rejet de l’autre, vol dans les supermarchés, vie à la ferme, jeux borderline de l’adolescence, mort et séparation- Nathalie Papin multiplie cependant les clins d’œil implicites au conte. Outre celui de la famille pauvre et nombreuse des deux filles, celles-ci sont considérées par leurs camarades comme des sortes de monstres, de curiosités que l’on repousse et malmène, puisqu’à tous niveaux, elles sont différentes. Comme ces petits derniers de conte qui finissent par devenir des héros, au-delà de toute attente.

 

Mais Léonie et Noélie ne jouent pas aux héroïnes. Leur acte criminel (mettre le feu à leur foyer) les définit plutôt comme des Bonny and Clyde de 16 ans, sans famille et sans patrie, voulant vivre intensément, par les sens et par les mots. Car Léonie apprend par cœur, depuis sa plus tendre enfance, les mots du dictionnaire. Elle les énumère, les asticote, joue avec leur sens ou leur sonorité avec l’appétence d’une jeune alchimiste du verbe :

 

Léonie : Foi-foirade-foie-foireux-fois-fragile-fragment-fragon.

Noélie : C’est exactement ça, notre histoire.

 

La langue, l’espace -entre ciel et terre- les souvenirs qui remontent comme des bulles magiques, autant d’éléments qui donnent force et profondeur au texte, l’éloignant de l’anecdote. Par cette forme de déréalisation merveilleuse et poétique et de situations extrêmes, Nathalie Papin offre à ses héroïnes la possibilité d’accéder au stade adulte. Elle condense avec délicatesse et simplicité les affres de ce moment « entre » qui traverse la fin de l’adolescence entre grande fragilité et grande force, démesures, créativité, souvenirs d’enfance et aspiration vers le monde adulte.

Un beau moment de théâtre et de littérature.

Si vous souhaitez approfondir, ne manquez pas cet entretien: http://www.ecoledesloisirs.fr/livre/leonie-noelie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *