Le festival Brouillage revient pour sa 3ème édition

La Loge

  • Date Du 2 au 7 mai 2016

tumblr_o46xclHTqF1tw684qo1_1280

Le festival Brouillage revient pour sa troisième édition en direct de la Loge et sur Radio Campus du 2 au 7 mai.

 

Ce jeune festival est né, selon les organisateurs, de « l’envie de créer une passerelle entre le média radio et le spectacle vivant ».

 

Il s’agit de jouer des spectacles ou performances en public dans un lieu et qu’ils soient diffusés en direct à la radio.

 

Alors qu’aujourd’hui le spectacle vivant radiophonique est rarement en direct, ce festival permet de réunir le direct de la salle et celui de la radio et ainsi d’expérimenter la double réception.

 

Ce pari technique et esthétique semble risqué mais a tenu son challenge lors des deux premières éditions.

 

Cette année le festival accueillera des créations originales pour cette expérimentation festive et s’ouvre à de nouveaux lieux, ainsi Confluences, la Maison des initiatives Étudiantes de Paris, SometimeStudio et la Mécanique Ondulatoire seront aussi de la partie pour accueillir exposition, performances, séances d’écoute, ateliers…

 

Nous retrouverons au programme Guillaume Barbot, Rébécca Chaillon, Hélène Martin et Sébastien Viaud, Noémie Fargier, Christine Armanger, Yoann Manca et Marc Blanchard, un programme alléchant !

 

Pour en savoir un peu plus, le souffleur a souhaité poser quelques questions à Radio campus :

 

Le souffleur : Au départ du projet quelle était votre envie pour ainsi faire dialoguer le spectacle vivant et le média radiophonique ? 

 

Corentin Kerdraon de Radio Campus Paris : L’idée de monter ce festival avec Lucas est née après une première tentative de captation sonore d’une pièce de théâtre jouée à La Loge pour Radio Campus Paris en 2013. Le dispositif était alors assez simple et classique mais nous a donné l’envie de créer un lien plus fort et un échange entre les deux médiums. On a donc imaginé ce cadre de festival pour permettre à des compagnies et des collectifs issus des arts vivants et/ou de la radio d’expérimenter des formes scéniques qui soient aussi pensées pour le son seul.

 

Le souffleur : Le festival diffuse un spectacle sur deux canaux au même moment, en direct dans la salle avec le public, et en direct à la radio. Comment ces deux modalités de réception se croisent ?

 

C.K. de R.C: Ce dispositif double est appréhendé de différentes façons selon les compagnies et leur profil. Ça peut aller de quelque chose qui se rapproche d’une lecture de texte où l’auditeur derrière sa radio sera surtout concentré sur le sens littéraire et l’interprétation orale du texte, à un travail de création sonore en direct avec des manipulations d’objets, bruitages, des déplacements de comédiens, dont la restitution sonore suscitera beaucoup d’imaginaire pour l’auditeur, en passant par la forme qui donnera à voir sur scène une sorte de coulisse du média radio, de la fabrication du son. Globalement ce qui est intéressant, ce sont les jeux de champs/hors-champs que ça permet, le spectateur va voir et savoir des choses que l’auditeur ne sait pas, et inversement l’auditeur entendra des choses que le spectateur lui ne percevra pas en salle ou qu’il percevra différemment. Au final, il y a une mise scène et une mise en ondes qui sont censées pouvoir fonctionner seules, comme deux variations d’un même objet.

 

Le souffleur : Pouvez-vous nous raconter les difficultés techniques et artistiques que vous rencontrez ?

 

C.K. de R.C. : On essaye de trouver le dispositif sonore le plus adapté pour chaque proposition en discutant avec chaque compagnie, les conseiller si besoin, et ensuite techniquement choisir les bons micros, où les placer, quels seront les sons à diffuser dans la salle et à la radio… Grâce aux talentueux Lucas Doyen, régisseur de La Loge, et Victor Testier, responsable technique de Radio Campus Paris, tout ça se goupille plutôt très bien mais l’idéal serait d’avoir au moins une semaine de résidence avec chaque compagnie pour travailler encore plus en profondeur cette double diffusion.

 

Le souffleur : Comment décidez-vous de la programmation ?

 

C.K. de R.C. : C’est en général assez simple pour ce qui se passe à La Loge, chacun arrive avec plusieurs propositions, on en discute et on tombe d’accord ! L’idée c’est d’avoir à peu près un équilibre entre une moitié de compagnies issues du spectacle vivant et l’autre moitié de la radio/création sonore. Ce qui permet aussi d’avoir une certaine diversité de formes. Et on a vu plusieurs fois depuis l’année dernière des comédiens/metteurs en scène s’associer à des professionnels  de radio spécialement pour Brouillage, et ça c’est chouette.

 

A noter que la programmation du festival s’étend également sur l’antenne de Radio Campus Paris avec une grille spéciale composée de documentaires, créations sonores, émissions spéciales, préparée pour cette édition par Christophe Da Cunha et Elsa Landard, chargés d’antenne et de la rédaction de la radio. Mais aussi cette année avec deux installations, l’une à SometimeStudio, l’autre à Confluences, choisies par Mélanie Péclat de SometimeStudio.

 

Retrouvez tout le programme du festival sur le site de Radio Campus : ici

ou sur celui de la Loge : par là

 

ATTENTION CHAQUE SOIR UN GAGNANT AVEC DEUX INVITATIONS.

 

SOYEZ LES PREMIERS A RESERVER SUR info@lalogeparis.fr AVEC FESTIVAL BROUILLAGE / PLACE A GAGNER LE SOUFFLEUR EN OBJET  !!! N’oubliez pas d’indiquer la date à laquelle vous souhaitez vos places.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *