Le Traverse Théâtre d’Edinburgh ou La création d’une « une cocotte minute »

Traverse Theatre

  • Date Août 2015
Traverse-Theatre-Edinburgh

Tout commence à Edinburgh en 1959. Un Américain charismatique du nom de Jim Hayne quitte l’armée de l’air pour créer une petite librairie. Cet espace devient un café littéraire dans lequel des écrivains et poètes de la ville viennent écrire et échanger leurs idées. Situé au pied de l’Université d’Edinburgh, des étudiants du monde entier se joignent au mouvement.  Jim Hayne aménage une petite estrade et quelques sièges dans le sous-sol  afin de faire entendre des lectures de pièces. C’est toute une communauté d’amateurs de nouvelles écritures théâtrales qui se crée. Jim Hayne rencontre Richard Demarco, artiste écossais et promoteur d’arts visuels et d’arts de la scène : c’est le Big Bang.

 

Jim veut créer « une cocotte minute » : un endroit petit, bouillonnant d’inventivité et explosif. Il souhaite construire un théâtre qui ait l’exigence et l’ouverture du Festival International d’Edinburgh, tout en y ajoutant l’audace et l’expérimentation du Festival Fringe. Un théâtre ouvert tout au long de l’année dans lequel les artistes écossais peuvent continuer de construire la récente et fascinante histoire de leur pays. C’est un projet très ambitieux à l’heure où le théâtre écossais balbutie et ne bénéficie d’aucun financement public. Jim et Richard achètent un petit appartement à Lawnmarket Street : une ancienne maison close au cœur de la vieille ville. Nous sommes en 1963 : le Traverse Theatre est né.[1]

 

Le Traverse se développe, déménage plusieurs fois, connaît des moments d’épiphanie et des périodes de crises drastiques. Il est un organisme vivant dans lequel des générations entières d’écrivains écossais dramatiques trouvent refuge et bâtissent une légitimité : Liz Lockhead, David Craig, Sue Glover sont des figures éminentes du théâtre écossais des 20 dernières années.

 

Orla O’Loughlin prend la direction du théâtre en 2012 : elle est la seconde femme à diriger le Traverse parmi 14 directions depuis sa création. Elle endosse la responsabilité du lieu dans un contexte économique extrêmement délicat. Elle souhaite « Générer le plus de travail possible et le donner à voir sur le plateau. »[2] Elle cherche à faire du Traverse une terre d’accueil pour des artistes internationaux et un lieu de production de théâtre écossais. La directrice a à cœur de construire une nouvelle génération d’auteurs écossais qui continuent de nourrir et transformer l’imaginaire des spectateurs.

Swallow 1Représentation de Swallow, Stef Smith, mis en scène par Orla O’Loughlin, Festival Fringe 2015, Traverse Theatre. Comédiennes: Anita Vettesse dans le rôle de Rebecca (gauche), Sharon Duncan-Brewster dans le rôle de Sam (droite). 

 

Nous sommes en Août 2015 : C’est le Festival Fringe. La grande salle du Traverse ouvre ses portes. La pièce Swallow de la jeune auteure dramatique Stef Smith est programmée et dirigée par Orla O’Loughlin. L’auteure, la metteuse en scène et les comédiennes ont travaillé ensemble pendant plusieurs mois pour construire, modeler et peaufiner ce spectacle très attendu. Les journalistes critiques récupèrent leurs invitations, prennent place dans l’auditorium avec un cahier et un crayon à la main. L’équipe du Traverse retient son souffle : Le Fringe est un moment vital de l’économie du théâtre. Pendant seulement quelques semaines, le Traverse obtient une visibilité nationale et internationale exceptionnelle. Chaque pièce est passée à la loupe par le regard méticuleux et sans merci de la presse, des financeurs et des partenaires. Chaque Fringe décide du futur du théâtre.

Swallow 2Représentation de Swallow, Stef Smith, mis en scène par Orla O’Loughlin, Festival Fringe 2015, Traverse Theatre. Comédienne: Emily Watcher dans le rôle d’Anna. 

 

La salle s’obscurcit. Trois comédiennes entrent en scène. Trois personnages : Anna, Sam et Rebecca. Anna est un jour rentrée chez elle et a décidé de ne plus jamais en sortir. Sam renie son identité féminine. Rebecca a été quittée par son mari. L’écriture commence après le drame de ces trois personnages. La pièce trouve sa trame narrative dans la dynamique de reconstruction de ces femmes rendue possible par leurs interactions. Anna habite au dessus de chez Rebecca et n’accepte de lui parler qu’à travers sa boîte aux lettres. Rebecca rencontre Sam dans un café et en tombe amoureuse. Sam et Rebecca s’embrassent fiévreusement près de la porte d’Anna. Sam parle avec Anna lorsque Rebecca refuse de la voir. Trois personnes dont le seul point commun était l’autodestruction se rencontrent. Que font-elles ? Elles se reconstruisent. C’est mathématique : moins par moins donnent plus.

 

Swallow est un spectacle sur la solitude et la puissance créatrice des rapports humains pour ce qu’ils sont. C’est une pièce qui est en cela profondément théâtrale : nous allons au théâtre pour interagir avec d’autres êtres humains et se créer à nouveau. La pièce fait honneur à l’histoire du Traverse par sa simplicité. Elle est une pierre solide de la construction de cette nouvelle génération tant rêvée d’auteurs écossais contemporains.

 

Equipe artistique de Swallow: 

Stef Smith: Auteure

Orla O’Loughlin: Metteuse en scène

Sharon Duncan-Brewster: Comédienne dans le rôle de Sam

Anita Vettesse: Comédienne dans le rôle de Rebecca

Emily Watcher: Comédienne dans le rôle d’Anna

 

[1] The Traverse Theatre Story, Joyce MacMillan, Methuan Drama, 1988

[2] BBC Podcast, 50 years of the Traverse Theatre. Animé par Joyce MacMillan, Dimanche 17 mars 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *